Site Loader
hypertrichose

L’hypertrichose autrement appelé l’hyperpilosité, ou encore, hirsutisme, peut être provoquée par des facteurs génétiques ou par la prise de médicaments. Mais, bonne nouvelle : ça se soigne !

Forcément, l’hypertrichose, ce n’est pas pareil à gérer et à vivre selon que l’on soit un homme ou une femme. La langue française réserve d’ailleurs le terme « hirsutisme » aux femmes (et accessoirement aux enfants), en cela qu’elles se couvrent de duvet ou de poils en des zones qui en sont normalement exemptes. C’est la fameuse « femme à barbe« , qui peut aussi voir certaines parties de son corps, comme le ventre par exemple, se couvrir de poils, comme chez un homme.

L’hypertrichose, un dérèglement hormonal

On sait aujourd’hui que l’hypertrichose est la conséquence d’un dérèglement hormonal. Dérèglement qui peut être provoqué par des facteurs génétiques, à tout âge, mais surtout lors de la puberté, puis de la ménopause ou de l’andropause. Mais ce dérèglement hormonal peut également être provoqué par une maladie ! C’est alors un effet secondaire de celle-ci. Enfin, la prise de certains médicaments, qui interviennent, là encore, sur le système hormonal, peuvent déclencher l’hypertrichose.
La bonne nouvelle, c’est que l’on sait traiter l’hypertrichose, qu’elle apparaisse sans raisons (mais le plus souvent donc, génétiques), ou qu’elle soit provoquée par la prise d’un médicament.

Surtout, lorsqu’elle apparaît comme conséquence secondaire d’un traitement, le médecin a normalement préparé son patient psychologiquement à ce phénomène. Notamment en le prévenant de la réversibilité de la chose, une fois le traitement terminé.

Une hypertrichose mal gérée, cause de dépression

Par ailleurs, l’accompagnement de l’hypertrichose par des soins esthétiques donne d’excellents résultats, notamment depuis l’apparition des crèmes dépilatoires, ou encore de l’épilation à la lumière pulsée, ou laser.

Attention ! L’hypertrichose, quand elle n’est pas prise au sérieux par l’entourage, notamment pour des parents avec un ou une ado, et par le corps médical, peut gravement perturber celui qui en souffre. Il n’est pas rare qu’un ado souffre de dépression à cause d’une hypertrichose mal gérée, ou prise en charge trop tardivement.

Dans tous les cas, si la maladie n’a « que » des conséquences esthétiques, elle impacte fortement l’image de soi de celui qui en souffre, ce qui justifie de la prendre au sérieux, pour en diminuer les effets psychologiques.

Vous cherchez un médecin pour vous aider ? Doctoome !

Partagez le sur vos réseaux
error

Emilie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *